Chroniques d'une infatigable ...

Bienvenue !

Ici vous trouverez mes humeurs, écritures sauvages et pensées arborescentes...

La régularité
La régularité

Régularité, tristesse et funambules.

 

J’ai compris que dans ma façon d’être, il est difficile d’en faire preuve.

«  Sois plus régulière ! « «  Anticipe ! «  comme un leitmotiv qui me trotte dans la tête ...

 

La régularité, comme solution salvatrice de bugs intempestifs qui m’empêchent parfois d’Etre « dans les clous » « prête » ou « ponctuelle » 

Le côté procédurier ( qui m’emmerde profondément) est un frein à la spontanéité et à la créativité.

 

Quand une idée est dans l’air, je me dois de l’attraper à l’instant T et agir de suite !

Sinon elle finira avec les tonnes de projets fourrés dans le tiroir frustration !

Tu sais le petit tiroir où tu mets tous les trucs que tu veux garder, que tu veux faire, mais que tu sais pas où les ranger.

 

Je me suis demandé d’où venait cette aversion pour ce mot «  R.E.G.U.L.A.R.I.T.É »

J’ai donc ouvert le dictionnaire et voilà ce que j’ai découvert :

 

Régularité :

Synonyme : Ponctualité - Conforme ( Aaaaaouch ) 

Étymologie : Regula - Régle ( Aaah ça je connais ! Mais on en reparlera.... ???? )

 

Définition 1 : Conforme aux règles conventionnelles.

Là ça y est mon cœur s’emballe, une ligne de plus et c’est la tachycardie assurée !

 

Définition 2 : Déclinaisons ordinaires.

Quoi ? ! Toi même en fait !

J’ai r’fermé le dictionnaire direct ! Cela a résonné en moi comme une insulte.

D’ailleurs la prochaine fois que quelqu’un m’emmerde, je le traiterai de déclinaison ordinaire !

 

J’ai tout de même risqué la suite, mais seulement d’un œil ...

Je cite : «  Renfermé dans les règles et justes limites.

Justes ? Ah ouais ? Et selon quels critères siouplé ? 

J’aimerais connaître le nom du vil personnage qui décrète ce qui est juste ou non.

 

C’est quelque chose qu’on souligne depuis toujours chez moi, à commencer par l’école. Écrit au rouge incisif sur mon bulletin, on pouvait apprécier les remarques follement instructives des professeurs :

«  Manque de régularité «  «  Présence irrégulière en classe « «  Un travail régulier serait apprécié «  

Par contre ce qui était bien régulier, c’étaient ces remarques trimestre, après trimestre, sans aucune intention de m’extirper d’un malaise profond de ne pas être à ma place.

Peut être aurais-je même aimé un cours sur le concept de la régularité et ses bienfaits ... 

 

Qu’on m’explique l’intérêt concrètement, en quoi cela est mieux d’en faire preuve, il y aurait alors une discussion passionnante, d’autant plus que personne  n’aurait raison ???? 

 

Alors je me suis renseignée et j’ai observé :

               ?             Les battements de mon cœur semblent réguliers mais ils ne sont pas pour autant linéaires  ( sinon ça voudrait dire que j’suis morte et ce serait inquiétant). Ils s’accélèrent lorsque j’ai peur ou quand je cours. Ils s’emballent lorsque je rencontre quelqu’un qui vibre sur la même corde que moi pour doucement se mettre à battre la mesure à l’unisson.

               ?             La corolle des fleurs de Capucine est irrégulière, elle aussi. Pt’êt qu’en fait j’suis une fleur ! une fleur sauvage dirait mon amie  Manue  ! D’ailleurs si vous avez l’occasion de goûter ses pétales,  ( des capucines hein pas de Manue, je sais bien qu’elle lave ses cheveux avec de la poudre d’Iris et un tas d’bordel provenant d’aroma zone mais je ne pense pas que cela aitl’effet escompté dans une salade ) 

               ?             Les fractales, dont notre univers est composé, sont-elles mêmes irrégulières. Les règles de ces dernières peuvent même être Stochastiques ! ( T’emballe pas, ce mot je viens aussi de l’apprendre ????) C’est ce qui se produit par l’effet du hasard ! Une fractale,  même si elle est répétée ... à l’infini ? est par définition irrégulière et nous en somme composés ! Nous et toutes nos couches : externe comme l’aura et interne : nos vaisseaux sanguins. 

 

Le paradoxe est de taille !

Dans ce monde on nous demande d’être constant et linéaire ... histoire de pas faire trop tanguer l’bordel ...

«  Mais la vie c’est 99% de routine ! «  m’a-t-on dit un jour, pour faire taire j’imagine mes idées saugrenues d’alternatives libertaires. Je comprends maintenant que remettre ses propres croyances en question est difficile et laborieux, à commencer par celles qui sont ancrées en moi.

 

Alors bien sûr, il y’a des « contraintes » , des «  impératifs «  , mais la vie n’est pas un calendrier ni un rétro planning d’envies oubliées. Encore moins un compte à rebours qui entraînera une mort programmée des passions et une liberté regrettée jusqu’au dernier souffle de ne pas avoir été soi-même.

 

Mes journées, non, plutôt ma vie, mon être ... sont régies par un tas d’émotions avec lesquelles il faut composer. Ces ressentis sont peut être eux-mêmes composés de fractales ? 

Parmi ces émotions, les plus redoutables sont la peur dont découle souvent la tristesse.

Peur de ne pas y arriver, de ne pas être «  validé «  par son entourage ...

 

Tristesse, je la  connais bien !

Elle débarque toujours à l’improviste alors que je suis en train de faire une vinaigrette ou croquer dans un bout de pain.

Et quand Tristesse se pointe, elle vient jamais les mains vides ... Dans son panier y’a toujours un p’tit cake à la rancoeur ou un jus d’souffrance.

Longtemps je lui ai pas ouvert la porte parce que j’étais sur autre chose. «  Je bosse moi, merde ! « 

Du coup elle revient avec Colère ... et là ça se passe jamais très bien.

 

Avec le temps, on se connaît bien. Ellen’ a pas le temps de sonner, je l’ai entendu arriver.

Je laisse alors ce que je fais pour l’accueillir sur le pas de la porte, elle entre sans se déchausser.( petite maline ) 

Je lui offre la place qu’elle mérite, Tristesse est souvent dénigrée et rejetée ... 

Bah ouais faudrait pas perdre la face non plus, constant et régulier on te dit !

 

Désormais, je la prend dans mes bras et je la sers très fort. Elle aussi, elle sert très très fort en me pressant tellement qu’elle m’arrache parfois des litres d’eau salée en me chuchotant son histoire à l’oreille.

Je sais qu’elle se pointera toujours, mais dans son panier maintenant il y’a des cookies d’amour et des barres énergétiques.

 

Tout est mouvement... 

La vie est un cycle sans fin d’expérience et d’apprentissage.

Rien ni personne, n’est une déclinaison ordinaire  ( enfin si, ptet TF1 ), ni régulier, c’est cyclique.

 

La nature l’est et nous aussi, t’y crois ou pas, tout ce que je vois c’est que les arbres nous ont pas attendus pour poussser et que  ça fait X années qu’on jardine avec la lune. Alors si une carotte ou un navet  y est réceptif ( sans vouloir offenser un quelconque légume ) j’vois pas pourquoi nous non !

 

Une autre force cyclique et pas des moindres ... les menstruations ! Mais ça, je crois que ça mérite une petite histoire à part ! 

 

Le stress, la peur, la colère ...que peut engendrer mon manque de régularité finit toujours pas se transformer en une énergie transcendante ! Un savant mélange de transmutation et de résilience !

J’ouvre alors toutes mes vannes émotionnelles, l’impression que mon corps est habité par des forces dont je ne connais pas le nom et me pousse à faire des miracles sous tension d’adrénaline.

Accepter mon propre rythme et me servir de ces émotions ( mêmes négatives ) m’ont porté afin de réaliser des choses que je pensais inaccessibles :

 

Partir des mois en Australie à l’âge de 20 ans sans speaker un seul mot d’Anglais, ( merci Tristesse ) alors que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps quand mes parents m’ont envoyée en colo tellement les «  autres «  me terrifiaient.

 

Grimper un volcan à 5800 mètres d’altitude sans préparation physique, sûrement parce qu’encore une fois j’ai pas su dire non ???? ( merci Peur-du-rejet )

La plus belle expérience visuelle de ma vie ! 

 

Partir au Japon, juste parce que j’avais vu un reportage sur une cité engloutie au large d’Okinawa sur Arte. Mais aussi pour fuir une douleur viscérale sentimentale ( Merci Culpabilité ) 

 

Enchaîner plus de 16 heures de boulot sur les marchés, dormir 2 heures et renchainer. ( merci Peur-de-ne-pas-être-à-la-hauteur)

 

J’ai l’impression de me la raconter sévère ( merci Peur-du-jugement ), mais ce ne sont que des exemples flagrants de ce dont nous sommes capable en transmutant  ces émotions et non en les combattant. En écoutant notre propre rythme et pas celui imposé par d’autres.

Il n’y a pas de façon systématique de fonctionner. 

La force qui nous anime on la connaît toutes et il serait bien dommage de la faire taire.

 

Je ne sais pas ce qu’est la cocaine, mais je crois que c’est encore plus fort ! Et on peut en sécréter tous les jours ????

Plus de fatigue, plus de peurs, les sens sont décuplés.

 

Mon but n’est pas de faire l’apologie du désordre mais ces forces viennent du chaos.

Tous les jours je marche sur un fil tel un funambule en équilibre sur le Styx des émotions.

Brrrr ... ça penche à gauche !

Et quand Cerbère est à deux doigts de me croquer, il y a toujours des mains pour me rattraper.

En fait, autour de moi, il y a plein d’autres funambules qui oscillent eux aussi entre la joie et la rage, l’amour et la peur.

Un jour étincelant, l’autre en mode éclipse.

 

Entourée comme jamais sur ma corde cosmique, je n’ai plus honte de pleurer et de ne pas correspondre aux quidams et à leurs procédures régulières.

Je m’en bats ( Presque ???? ) profondément les attributs que je n’ai jamais eus.

 

Avance à ton rythme et ne te compare pas, la vie sur un fil est plus risquée que sur la terre ferme mais on apprécie plus le paysage.

 

Note à moi même : 

Aujourd’hui Tristesse s’est pointée avec Peur-de-ne-pas-être-aimée-pour-ce-que-je-suis.

Et ces moment arriveront encore, je ne les enfouis plus au fond d’un verre ni en essayant de me « re booster » afin de les contraindre.

Je les accueille et les écoute, sans culpabiliser ( enfin j’essaie ) de ne pas sortir avec ce soleil radieux, de ne pas avoir été productive, voir de ne pas vouloir quitter mon lit.

Elle fait partie de moi, au fond je crois qu’elle panse mes blessures infantiles pour créer une énergie différente et indestructible.

En la laissant s’installer parfois il me prend l’envie de raconter des histoires comme celle ci.

La respecter, c’est me respecter, je l’ai souvent blâmer de me ralentir mais elle est tout aussi nécessaire que Spontanéité et Courage.

L’une ne va pas sans les autres et elles ne sont pas en concurrence. Elles se complètent. Pour laisser place à Joie il faut que mon cœur soit léger et mon esprit Libre.

 

... Lire la suite
  • 24/11/2020
  • 0 commentaires
Roucoulera bien, qui roucoulera le dernier ...
Roucoulera bien, qui roucoulera le dernier ...

 

Il m’a fallu écouter plusieurs témoignages de colombophiles et étudier une dizaine d’articles consacrés au Pigeon way of Life pour vous présenter cette nouvelle illustration.

Oui c’est la partie éducative de mon travail qui me fait passer la pilule administra’ cons, logistique et manutention plus facilement.

 

Il y a un mois de cela environ, je suis tombée sur un article du Dauphiné où il était question d’euthanasier les pigeons en ville, en l’occurrence celle de Gap.

S’il y a bien un truc que je ne supporte pas c’est l’injustice et encore une fois, nous ne pouvons qu’apprécier l’auto suprématie de certains bipèdes s’octroyant le droit de vie ou de mort sur les autres espèces ... 

Il serait bon de leur faire lire Rousseau «  Du contrat social » afin qu’ils s’en inspirent avant de prendre des décisions à la con.

 

J’aurais pu aborder la question des renards et des loups qui s’en prennent plein leur gueule aussi en ce moment, mais j’ai choisi en premier lieu la cause du pigeon qui, en plus de tout ce merdier, bénéficie d’une image négative impitoyable.

 

Le verdict est tombé : 

Euthanasie par étouffement donc, 

J’explique vite fait le concept, on appâte les sus nommés avec des graines, on les met en cage puis on les gaze avec du CO2 ...

 

Sympa ! 

 

Les faits qui leur sont reprochés  ?

«  Être porteurs de micro-organismes pathogènes «  

oui ben, comme la vie sur terre en général quoi ...

«  Dégrader les monuments historiques «  

Alors que la raison principale est la pollution émise entre autre par les bagnoles ...  mais t’as raison, les fientes ça fait fondre les glaciers, le réchauffement climatique toussa toussa ... pis après on peut plus skier, il faut repomper les glaciers pour faire d’la neige ... bref ! 

 

Le dernier méfait et pas des moindres .. 

Je cite, accroche toi bien à ton slip :

«  Des bruits d’ailes et des roucoulements incessants , sans compter les fientes sur les pare brises ...( Oulalalalala ) 

 

J’attire votre attention sur «  roucoulements incessants »

Ces derniers sont pour attirer les femelles et je les trouve personnellement plus sensuels que les doux mots grivois des mâles de mon espèce ...

 

Alors, je conçois que trucider tout ce qui nous dérange est évidemment tentant !

On ne s’emmerde pas à comprendre ou à faire preuve d’empathie, et puis ça fait partie de notre folklore, une bonne vieille habitude chez nous !

 

Cette nouvelle terre d’accueil est déjà peuplée par d’autres  ? PAN ! Génocide.

Tiens cette femme chante toute seule dans la forêt et porte des couronnes de fleurs ? hop au bûcher ! 

Quoi la terre tourne ?  Au cachot !

Ton Dieu porte un autre nom ? On extermine, on te mitraille, on te pulvérise et on t’écrase.

L’or noir coule à flot sur ta terre, on y fera couler le sang.

 

pigeon

Je pourrais encore continuer longtemps mais je pense que vous avez saisi.

Je vous laisse faire une petite liste exhaustive du nombre de fois ou face à l’interrogation, nos semblables, pincés dans leur orgueil avec leur cruel manque de savoir et d’ouverture d’esprit ont préféré régler l’histoire à coup de hache. 

 

Bref juger un être vivant et le condamner sans le connaître est finalement très humain, il est de mon devoir donc, de vous parler du fameux pigeon et de vous faire part de ce que j’ai appris.

 

Le volatile en question n’a pas toujours eu cette image négative.

En 1870 celui ci délivrait les messages pendant que Paris était assiégé et lors de la première guerre mondiale, sauva la vie de centaines de soldats grâce aux précieuses informations qu’il transmettait.  

En gros, si toi et moi sommes là aujourd’hui, il se pourrait bien que ce soit un peu grâce à lui,  donc une ou deux fientes corrosives sur ta caisse, je pense que c’est dans le domaine de l’acceptable.

 

Le pigeon comme tout Piaf qui se respecte est doté d’une grande sensibilité, d’une farouche intelligence et ... il a de la magnétite dans le cerveau !!! 

Oui comme dans les boussoles ! Enfin c’est plutôt l’inverse 

 

Il a pas besoin d’une application à la con pour retrouver son chemin, de toute façon il n’a pas de pare brise pour accrocher son iPhone Donze ( OUi j’invente des chiffres, d’autres inventent bien des besoins ! )

 

Le pigeon c’est un ouf, même à des centaines de km, il retrouvera son chemin. Ce qui le guide, c’est sa ou son partenaire avec qui il restera lié pour la vie. (tout comme un autre « nuisible » d’ailleurs ... le loup). 

 

Animal sensible donc, il est attentif aux émotions de ses congénères mais aussi des humains. Parole de colombophile qui explique le mimétisme opéré par ces derniers en fonction de l’humeur de celui qui les nourrit. 

Il est capable de reconnaître les traits d’un visage humain, va-t-en donc reconnaître un pigeon 

 

Ce sont donc ces êtres sensiblement intelligents et autres «  nuisibles «  inclus, qu’on voudrait éradiquer de notre champs de vision. Ceux là même, qui ont tout autant le droit que nous d’être là et d’occuper l’espace qu’on nous prête gracieusement depuis des millions d’années.

 

Une nouvelle démonstration du « POUVOIR » 🤮 et de la propriété dans toute sa splendeur.

Ici bas, rien n’est à nous, peu importe le nombre de petits papiers verts que nous avons déboursés. La nature et le cosmos s’en foutent, si cela servait à la survie de l’espèce ça se saurait ! 

 

Depuis, je vois plus de volatiles que de badauds quand j’arpente les rues. 

C’est drôle comme à chaque fois qu’on prête attention à un nouveau détail, le monde devient différent.

Les pigeons sont là .. .tranquilles et pacifiques.

La tête rentrée dans leurs plumes , transis de froid l’hiver mais toujours collés à la terrasse d’un café à l’affût d’un fumeur qui tapoterait son croissant par terre machinalement. 

L’été se baignant et se délectant toutes ailes tendues dans des fontaines en marbre surmontées d’angelots. Riant sûrement des douches à l’italienne de brico dépôt qui font gonfler la fierté des humains.

 

Eux et moi, on se contemple et je me demande s’ils ont enregistré mon visage.

J’imagine leurs discussions,  souris à leurs petites fourberies, je m’attendris devant leur démarche ..

Pour le peu que tu t’intéresses aux êtres differents, ton regard change et ton cœur s’ouvre.

 

Ceux qui s’imposent, jugent, écrasent et méprisent les autres le font pour se sentir exister afin de pallier un manque de consistance évident ... et j’en sais quelque chose.

Seulement ils entraînent dans leur délire la majorité qui ne sait pas trop quoi penser...

 

Alors aujourd’hui le pigeon est à l’honneur, on ne parle que trop peu de ceux qui n’en n’ont que foutre de ses questions absurdes de pouvoir, de ceux pour qui la domination et la concurrence n’ont aucun intérêt.

 

Colombophilement vôtre,

 

Aurélia

 

pigeon

... Lire la suite
  • 29/10/2020
  • 0 commentaires
Marronnier
Marronnier

Marronnier

Ou la résistance contre le capitalisme et ses ruses.

 

" Y'en a qui porte du Nike, Levi's... Moi je porte du Marronnier ! " 🌳

 

Parce que je suis lasse, mais laaaaasse, de tous ces logos, marque incontestée du capitalisme et de ce monde gouverné par les lobbys qu'on arbore fièrement sur soi.

On s'pavane en homme sandwich, lettre capitale sur le torse, prêchant une réussite sociale si chère à grand nombre d'entre nous...

 

Ça commence dès l'enfance, pour créer la différence et engendrer l'exclusion.

A l'école, les mots sur ton cartable ou ton sweat te définissent et déterminent ton appartenance à un groupe. ( Que de ce fait tu n'as même pas choisi ... ça perdurera à l'adolescence voir à l'âge adulte si tu n'te réveilles pas. )

 

T'es bien incapable de retenir plus de 3 vers de Verlaine en poésie ou de mémoriser l'anatomie d'une fougère en SVT...

Par contre, ce qui est bien ancré c'est la nouvelle trousse siglée de ton voisin ou la marque de la bagnole quand ses parents viennent le chercher.

 

Marronnier

Encore une fois, dès notre plus jeune âge, le système nous apprend à primer les richesses matérielles au détriment de la palette de trésors qui nous définit en tant qu'être humain.

 

J'peux pas m'empêcher de bondir quand un signe religieux est banni des bancs de l'école sous prétexte d'être ostentatoire.

Que ce soit une croix, un voile ou une kippa, pendant que les vils et rusés emblèmes de temple de la consommation se pavanent sans se cacher.

 

J'propose donc, par logique,convictions, mais aussi pour faire chier, cela va sans dire... qu'on devrait plutôt faire de la pub aux arbres et de les mettre à l'honneur !

 

Merde ! On reconnaît plus ces logos que les feuilles des arbres qui nous entourent et nous permettent de respirer !

Une grosse virgule de sport n'a jamais permis de vous abriter de la pluie ou construire une cabane, ni même de " chiller" à l'ombre de ses feuilles !

Aucun des représentants d'une quelconque marque de sport ne vous a apporté aucun fruit vous permettant de faire une compote !

 

Enfin si ... d'ailleurs ils sont surement même potes avec celui qui t'en vends 2cl dans 3m2 de plastique !

Mais si là ... la p'tite pochette avec le p'tit bouchon !

🎵 POMPOTE nin nin , POMPOTE sous l'eau ... 🎵 Bah ouais d'ailleurs c'est là qu'elle va finir ! 

(Ou au sommet d'une décharge à ciel ouvert régalant les rapaces qui prendront l'aluminium pour le reflet d'un poisson argenté..)

 

On connaît tous la chanson... si je l'sais tu l'as dans la tête !

 

Depuis quand une gourde en alu jetable avec un dixième de pomme transgénique dedans et 15 morceaux de sucre c’est plus pratique que le fruit lui même ?

Pourquoi faut il toujours qu'on dénature tout, tout le temps ?

 

T'imagines si la vieille sorcière de Blanche Neige lui avait tendu une Pompote ? 

Blanche Neige elle aurait grillé le truc direct c'est sûr !

Et Newton alors, c'est pas en observant les pommes sous cet état au rayon frais qu'il aurait échafaudé quoi que ce soit sur la gravité hein !

 

Remettons donc les choses à leurs places s'il vous plaît ...

S'il ya des priorités, des valeurs et des héros à mettre à l'honneur, ce sont les arbres.

 

Ils sont 3000 milliards sur terre et nous accompagnent depuis toujours.

Ils sont surprenants et majestueux, bien plus enracinés que nous.

Bien plus malins aussi ... On a jamais vu un Saule trimer pour se balader avec un caddie afin de faire ses courses et se sustenter.

Ils produisent eux même leur propre nourriture grâce à leurs feuilles et au soleil.

Marronnier

Et bim ! ça c'est la classe ! 🔥

 

Perso, j'ai déjà essayé en tendant mes doigts vers le bel astre, j'ai quand même dû sortir une casserole, je ne me photosynthétise pas encore.🤔

 

Pensons aussi au Gingko, lui, il était là avant les dinosaures, certains ont plus de 1000 ans !

Quand à sa reproduction.. Il ferait pâlir la plupart des espèces terrestre à ce sujet.

Et nous on s'prend pour des pt'its foufous quand on tente un nouveau truc .. 😏

 

Les bourgeons de certaines espèces changent de forme en fonction de l'alignement des planètes.. et ça aussi, j'pense pas que les actionnaires de ces grosses multinationales savent le faire !!

 

Bref, pour changer la donne et faire place aux vrais héros et à l'information...

J'ai dessiné pour commencer cette série une feuille de Marronnier.

( D'ailleurs pour mon premier essai, je n'avais mis qu'un seul N à Marronnier... alors que je sais très bien combien ya de D a ADIDAS ou de C à Gucci ...)

 

Ce sera donc cet arbre à l'honneur aujourd'hui.

Souvenir inéluctable de mon enfance, à commencer par la cour d'école.

Une racine sortant avec rage du sol me fit tomber et manqua de me casser plusieurs dents ... alors que c'était même pas moi qui avait posé le béton autour de lui !  #victime

 

Mais aussi dans les parcs,

J'y suis passé avec mes parents à bord de ma poussette, puis ces grands arbres m'ont vu faire mes premiers pas, courir ...

J'y ai ramassé ses fruits, les marrons, préférant ceux encore lovés dans leurs bogues pour savourer leurs touchers lisses et soyeux.

 

Je leur ai rendu visite petite juchée sur les épaules de mon grand père, trépignant d'impatience de les ramasser.

J'en ai fait des colliers pour ma grand mère, elle ne les a jamais portés mais elle les a toujours.

 

Mon père et  mon grand père ne sont plus là, mais les Marronniers si ...

Et quand je retourne dans ma ville natale, je passe les voir, c’est aussi ma famille.

Je suis cyclique comme eux et on s'comprend, je suis toujours leurs enseignements.

"Rien ne sert de vouloir accélérer le processus, chaque étape est nécessaire."

 

Marronnier

4 saisons 1 cycle

 

J'regarde leurs feuilles croître ou tomber.

La beauté de leurs fleurs en bouquets pyramidaux, fractales, le centre de leurs pétales changent de couleurs une fois pollinisés virant du jaune au rouge indiquant au prochain butineur qu'elle est déjà éprise d'un autre.

 

La formation de ses bogues, ressemblant étrangement à un virus...

J'me sens plus proche parfois des arbres que des hommes.

Le but n'est pas d'accabler qui que ce soit, mais plutôt  de susciter une prise de conscience, faire germer des graines.

Alors place aux arbres, on leur doit bien ça.

Cette fois le Marronnier, demain le Saule, le Frêne, le Hêtre ..

 

J'agirai toujours avec amour mais aussi avec rage.

Combien de jingles de pubs de merde sont gravés dans ma mémoire alors que je sais à peine reconnaître le chant des oiseaux.

( Même les chasseurs le savent et ça j'te jure ça fait mal !)

 

Mais j'ai le temps d'apprendre...

Pas envie d'abandonner mes rêves pour plaire ou être acceptée.

 

J'ai été contrôlée  positive à la fureur d'en découdre avec les normes et morales absurdes.

C'est incurable, je ne veux aucun traitement, je veux vivre avec.

 

Bourgeonnement vôtre ,

 

Aurélia

 

Ps : Hier j'ai écouté un truc sur Virginia Woolf, écrivaine du siècle dernier, et un passage m’a profondément marqué ... pour se lancer, s’exprimer ... il fallait tuer « l’ange du foyer. »

J'ai tué la petite fille apeurée de ne pas être acceptée.

 

Ps 2 : Merci à la personne qui m’encourage à affirmer qui je suis et relancée sur les chemins de l’écriture ...

... Lire la suite
  • 11/06/2020
  • 1 commentaires
SAUVAGE
SAUVAGE

SAUVAGE

Je crois que " Rebelle" et "Sauvage" sont les adjectifs qui m'ont été attribués le plus souvent ...

( Bon ... " T'est trop sensible " aussi ! )

Je dédicace ce dessin à toutes les hypersensibles borderline, entières et vivantes !


Celles qu'on ose nommer les " pisseuses ", qui ont la glande lacrymale facile et qui se lèvent le matin les yeux boursouflés ( et de ce fait recommencent de plus belle parce que ben voilà maintenant, en plus, on est moche ! )


Celles qui pètent les plombs et balancent des trucs. ( puis après regrettent parce que ... forcément c'est cassé. )


Celles qui ont des tripes, les hystériques ... ( mouahahah )

Celles qui osent !

Celles qui boivent trop ( et se lèvent encore les yeux boursouflés, parce qu'en plus d'être moches maintenant on a mal à la tête ! )

Qui fument trop, portent des jupes trop courtes, des décolletés trop profonds, trop maquillées, les naturelles, celles qui essaient de se mettre au thé vert et au yoga.

Les végétariennes qui regardent du coin de l'oeil une vache trop éloignée du troupeau...


Les contemplatives, les émerveillées, celles qui peuvent passer des heures à observer une pomme de pin, un chou rouge coupé en deux. Qui ramassent des cailloux en souvenir et conversent avec les animaux.


Celles qui dansent aux rythmes des vibrations les yeux fermés, avec ou sans soutifs ( ouais c'est pas mal hein ! ;) )

Mettent le son trop fort et râlent parque les gosses des voisins font trop d'bruit...


Les bordéliques, parce que bah oui on sera jamais des fées du logis et que notre truc à nous, c'est d'en mettre partout et de s'étaler ! ( " Tu comprends pas .. Ch'uis une artiste ! " )

Les passionnées et les épidermiques !

Celles qui tombent et se relèvent ... encore et toujours !


et quand j'écris ça, j'me sens un peu comme M.I.A dans le clip de Bad Girls ...

Live fast, die young

... Lire la suite
  • 16/04/2020
  • 0 commentaires
De la part de la planète
De la part de la planète

Nous voilà "au coin " sans bouger afin de méditer sur notre comportement.

Accueillante, protectice ... parce que oui la terre est une femme !

Sinon on dirait le terre nourricier, notre planète père ou encore Pacha papa...

Petite et grande humanité que nous sommes, restons sourds à tes tsunamis de larmes et les tremblements de ton âme...

On broie et pille tes poumons pour meubler nos intérieurs de bois exotiques, parce qu’une terrasse en teck c’est "chic", ou bouffer du nutella.

T'es poils que nous appelons arbres disparaissent peu à peu, engendrant une difficulté à réguler ta propre température... toi aussi on voudrait te voir imberbe, façonnée dans une représentation absurde du beau ?

On te pompe le sang pour faire vrombir nos moteurs ( et après on se plaint des moustiques.. ) allant jusqu’à réchauffer l’habitacle de nos bolides 1/2 heure avant d’y grimper l’hiver ...

Quant à tes fluides,

on les sonde jusqu’à l'épuisement de ses habitants qui seront envoyés au bout du monde, pour y être décortiqués et revenir au point de départ ... bien emballés dans une barquette en plastique qui finira sur la tronche d’une tortue.

Pour ma part, me voilà « coincée » au bout du monde...

C’est vrai, parce que j’consomme local, que j’ai 3 beeswrap, une paille en cuivre et des sacs à vrac chez moi, je me suis octroyée le droit de voyager autant qu’une tomate de supermarché l’hiver ou la dernière merde que t’avais absooolument besoin sur Amazon.

Je voulais te demander pardon...

En quête d’abondance, d’ouverture d’esprit, chercher quelque part à des milliers de km ce qui s'est toujours trouvé en moi ...

L’acceptation du confinement sur une plage dorée que je ne peux qu’observer derrière un muret, allégorie de mon histoire plus limpide que l’eau qui vient lécher les grains de sable.

Je ferme les yeux, du son dans les oreilles.

Les yeux clos je peux entrapercevoir derrière mes paupières devenues translucides, éclairées par ce soleil éblouissant, l’ombre des feuilles virevoltants au gré du vent.

Je pense ... tellement, j’écris ... beaucoup, je ressens ... tout ... mais cette fois c’est différent.

J’ai pris conscience de ce corps et de cet être que j’ai tant rejeté... et cherché à ce que l’on rejette encore plus d’ailleurs, pour me prouver que j’avais raison et qu’il ne valait rien.

Merci ma petite planète,

Je m’attèle aujourd’hui et chaque jour du reste de ma vie à te rendre ce que tu m’apportes sans compter.

La petite graine que je suis deviendra baobab.

Je connais aujourd’hui ma mission.

L’art est un moyen de comprendre le monde et comment nous fonctionnons nous-mêmes ...

De la part de la planète!

Et nous sommes nombreux à être armés.

... Lire la suite
  • 02/04/2020
  • 0 commentaires
Rebelle !
Rebelle !

Vous avez remarqué ?

Même au masculin ça s’écrit E.L.L.E à la fin, donc sur ce point c’est un sentiment commun.

Cet article est pour les guerillos de la chaussette. Les résistants du tankarville qui ne les accrochent pas par paire ( et puis les perdent… forcément )

Mais est-ce vraiment important ?

C’est ce que nous allons développer ci dessous.

Qui a décrété que nous devions porter deux chaussettes identiques ? Genre ton pied droit veut absolument une tenue identique à ton pied gauche sinon il pète un plomb et veut plus aller dans la même direction que l’autre.

De toute façon, l’une finira accrochée au bout de ton jean et l’autre sous ton lit … A quoi bon lutter.

Dans mon tiroir à chaussettes, (non c’est pas vrai en fait j’en n’ai pas, elles sont dans un bac en attendant de retrouver leurs consoeurs) et bien il n’y en a pas une pareille et certaines ne sont même pas à moi.

Y’en à mon frère, ma mère, des amis, mon ex, (d’ailleurs ça l’a toujours énervé mouahahahah) et sûrement à des gens que je ne connais pas ! Mais moi, quand je porte les chaussettes de mon amie Marion, (enfin c’est peut-être celles de son mec) ben j’pense à elle et c’est un peu comme si elle était avec moi… du coup.

Y’en a qui ont des trous mais je les aime quand même.

Peut-être t’es-tu reconnu ? ou pas ? Mais ce qui suit me semble plus intéressant : La conformité, soit : deux chaussettes identiques aux pieds, nous amène à une réflexion plus importante.

Qui a décrété ce principe ? Pourquoi tout le monde devrait faire pareil et se plier à une norme sociale. Et c’est valable pour tout …

Parce qu’ils me font tous chier à me dire ce que je dois dire ou faire jusqu’au bout de mes panards ! Ouais elles sont pas pareilles, ouais y’a des trous et en plus des fois elles puent !

Face à l’uniformité grandissante et aux mentalités bien pensantes, ce dessin est un fuck pédestre. La morale : prends la direction que tu veux, sois toi-même, personne ne connait mieux que toi le chemin. Nous vivons dans un monde où pour se faire accepter il faut être conforme et ne pas se faire pointer du doigt. Une société emplie de jugement, parce que c’est plus facile de voir “ce qui va pas» chez l’autre.

Quand je dessine ou déblatère une dissert’ sur des chaussettes j’me dis que ça peut pas vraiment être un métier…

Mais si en fait, c’est important, une simple habitude reflète un monde basé sur le paraître.

Dans nos têtes, des barrières, des peurs infondées inculquées depuis notre plus tendre enfance.

Si chacun se mettait vraiment à faire ce qu’il voulait, sans frustration, sans crainte du regard omniprésent de l’autre, alors on se mettrait bien, notre temps de cerveau disponible serait utilisé à bon escient et que se passerait-il alors ?

On s’écouterait un peu plus, la bienveillance prendrait le dessus.

Enfin bref …

Soyez vous-même, pour ma part je m’y attèle chaque jour, et bizarrement c’est pas si simple.

Aurélia

*tankarville

J’ai appris lors de la rédaction que le mot tankarville vient de la ville de TANCARVILLE, là ou ce dernier a été inventé.

Nom inspiré du pont de la dite ville apparemment semblable à l’objet usuel que je ne possède pas d’ailleurs ? :)

#tumourrasmoinsbêtecesoir

Rebelle !

Ce dessin m’a été inspiré par mon amie Gwenaëlle, chez qui je n’ai jamais vu aux pieds, deux chaussettes semblables.

Rebelle !

Aquarelle & feutre

Aurélia Gadeyne ©

17 Octobre 2019

... Lire la suite
  • 17/10/2019
  • 0 commentaires